Actualité immobilier

Immobilier.  Les prix se stabilisent Après deux années consécutives de baisse, les prix de l'immobilier se sont stabilisés sur Lorient et sa couronne en 2014. C'est encore le moment d'acheter. Mais le début de l'année 2015 semble marquer une tendance à la reprise. 1. Maisons : ça remonte. - 8,1 % en 2012, - 11,1 % en 2013... Ces deux dernières années, les prix des maisons lorientaises n'en finissaient plus de descendre. 2014 marque un tournant avec une hausse de 2,9 %. De fait, le prix médian d'une maison franchit la barre des 170.000 EUR. Encore bien loin des 240.000 EUR de Vannes. « Le marché se stabilise, estime Me Solenn Le Quay, notaire à Ploemeur. Nous n'avons pas constaté d'importantes chutes de prix en 2014. Même chose pour les volumes. Sur ces trois dernières années, nous avons assisté à des corrections de prix de - 15 à - 20 %. Comme c'était par petites touches, cela ne s'est pas trop vu. Mais quand vous annoncez un prix aux vendeurs, ils ont toujours en tête celui d'il y a trois ou quatre ans, ça les interroge ». 2. Petit coup de mou sur les appartements anciens. Courbe inverse pour les appartements, même si la baisse n'est pas spectaculaire : - 5,2 % (+ 2,4 % en 2013). Ce qui amène le prix du m² à 1.580 EUR. Une tendance que l'on retrouve également sur l'agglomération : - 6,8 % (1.420 EUR/ m²). L'an passé, il fallait compter 92.000 EUR en moyenne pour un T3 en périphérie lorientaise. Le marché reste néanmoins stable sur les cinq dernières années (-0,5 % sur Lorient et + 3,6 % sur l'agglomération depuis 2010). 3. Kervénanec poursuit sa progression. En 2013, le quartier de Kervénanec-Le Ter était le seul à présenter des chiffres à la hausse. Pas de changement en 2014, les prix des maisons ont à nouveau progressé, de 7,35 %. Pour les appartements, il n'y a pas eu assez de transactions pour se faire une idée. « Le renouvellement urbain a été énorme, c'est un quartier jeune, quand on vient d'acheter, on ne part pas de suite », assure Me Le Quay. Université-Blum demeure en tête des prix au m² pour ses petites surfaces et sa densification. Ne soyez pas étonné de la deuxième place de Merville-Nouvelle ville dans le prix des maisons, ce secteur intègre également le port de pêche. Mais c'est toujours le quartier le plus recherché de Lorient, là où le m² est le plus cher, si on enlève le port. 4. 43 ans d'âge moyen pour les acquéreurs. Pas d'évolution de ce côté-là. Sans surprise, les jeunes achètent plutôt dans l'agglomération, là où les moins de 30 ans interviennent par exemple dans près de 40 % des transactions d'appartements, avec un budget médian de 91.500 EUR. Les moins de trente ans représentent 13 % des acquéreurs dans les communes rurales. Sur le littoral, ces mêmes moins de 30 ans peuvent consacrer 185.000 EUR de budget pour l'achat d'une maison, contre 285.000 EUR pour les plus de 70 ans. 5. Les terrains en hausse sur l'agglomération. Pour Lorient, ne rêvez (presque) plus. Les terrains sont rares et chers (+ 56,7 % en dix ans). Dans l'agglomération, il reste des opportunités. Mais ça monte. + 6 % en 2014. Pour 400 m², comptez un prix médian de 57.300 EUR. À ce tarif, vous aviez 745 m² un an plus tôt. 6. 2015, des premiers mois prometteurs. Les acquéreurs se lâcheraient-ils enfin ? Certains indicateurs le laissent à penser. « On sent un frémissement du marché qui laisse présager une hausse des volumes, assure Me Le Quay. Janvier et février sont habituellement calmes. Là, fin février et mars ont été très bons. Mes confrères et les agents immobiliers le confirment. J'ai fait des compromis à 275.000 EUR, 300.000 EUR que je ne voyais pas l'année dernière. Les taux y participent aussi. La semaine dernière, j'ai eu un prêt de 120.000 EUR sur dix ans à 1,5 % en fixe. Et sur vingt ans, on peut être à 2,2 %. C'est le moment d'acheter ». Immobilier. Les prix se stabilisent

Actuellement 27781 annonces immobilières